Free aime faire chier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Free aime faire chier.

Message  1050 le Mar 5 Oct - 12:46

Nan mais LOL!


Free continue à narguer l'Hadopi. Le fournisseur d'accès à Internet (FAI) avait ralenti le travail de l'autorité antipiratage en lui livrant les noms des internautes fautifs sous forme papier. Et ce lundi, il a refusé d'expédier les premiers courriers électroniques d'avertissement. Par principe, mais aussi pour raison financière.
Ce lundi matin, les FAI ont commencé à relayer les courriers électroniques d'avertissement de l'Hadopi, envoyés aux internautes repérés en plein téléchargement illégal. Surprise ou soulagement pour les abonnés de Free : contrairement aux clients d'Orange ou Numericable, ils n'ont reçu aucun message.
Contacté par Eco89, Xavier Niel, le patron de Free, confirme mais refuse de s'exprimer sur le sujet. Il renvoie à une déclaration de son service de presse au site Numerama :
<BLOCKQUOTE>
« Afin d'encadrer les échanges portant sur des données personnelles au sujet desquelles la Cnil porte une attention particulière, nous avons proposé le principe d'un conventionnement dans le courant de l'été au ministère de la Culture et à l'Hadopi.
A ce jour, nous n'avons eu aucun retour concret sur cette étape structurante pour le passage en production [l'ouverture de la plate-forme relayant les courriers électroniques de l'Hadopi aux abonnés, ndlr]. »
</BLOCKQUOTE>
Une « convention » est effectivement prévue par un décret du 5 mars, portant sur le « traitement automatisé de données à caractère personnel » par l'Hadopi. Elle doit organiser l'interconnexion entre les fichiers des FAI et ceux de l'Hadopi. Et elle n'a toujours pas été signée, comme l'avait expliqué Numerama.


Free aime décidément jouer avec les décrets et les oublis du gouvernement.
Fin septembre, après avoir reçu les premières listes d'adresses IP de « pirates », l'Hadopi avait envoyé ses demandes d'identification aux FAI. Cette fois-ci, Free ne s'était pas opposé à la demande de l'Hadopi. Un décret du 26 juillet oblige les FAI à fournir l'identité des internautes concernés « dans un délai de huit jours », sous peine d'une amende de 1 500 euros.
Seulement, le décret ne précise pas comment fournir ces données. L'Hadopi a donc reçu la liste de Free sous forme papier, et a dû la retranscrire manuellement dans ses ordinateurs.
Pour Free, ce n'est pas seulement une question de principe. Les FAI continuent à réclamer une contribution financière de l'Etat, pour couvrir les frais qu'engendrerait le traitement des demandes et des courriers électroniques de l'Hadopi. Le ministère de la Culture refuse, pour l'instant. Le 20 septembre, Frédéric Mitterrand expliquait aux Echos :
<BLOCKQUOTE>
« Certains fournisseurs d'accès à Internet ont fait valoir les frais que le dispositif pouvait occasionner, mais nous avons convaincu tous les FAI de l'utilité de collaborer avec l'Hadopi.
En outre, le traitement des données sera automatisé, les coûts devraient donc être très limités. Mais nous souhaitons inclure ce débat dans un échange plus global avec les FAI. Maintenant, il faut accompagner les discours avec des offres légales attrayantes. »
</BLOCKQUOTE>
avatar
1050

Age : 104
Localisation : tion: tion:
Emploi/loisirs : sirs: sirs:
Humeur : meur: meur:

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum